Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2010

Inaccessible rose

rosenDeux.jpgJe savais que Der Rosenkavalier (Le Chevalier à la rose) ne serait pas mon genre d'opéra, mais je me suis néanmoins pointée au cinéma Jonquière pour écouter en direct sur grand écran  cette production du Metropolitan Opera. Belle mise en scène, excellentes chanteuses, notamment Renée Fleming et  Susan Graham, mais la musique n'était pas pour moi. J'aime pourtant beaucoup le magnifique poème symphonique Ainsi parlait Zarathoustra, un thème célèbre que vous pouvez entendre sur cette vidéo:

 

également composé par Richard Strauss, et même son opéra Ariane à Naxos, vu à Montréal il y a plusieurs annnées.

Mais là, je m'endormais sur mon fauteuil et je suis partie après le premier acte. J'ai essayé d'écouter la suite à la radio, mais c'était encore pire. J'ai un peu honte de demeurer si imperméable à un opéra considéré comme un chef-d'oeuvre, mais bon, on ne peut pas tout aimer.
En compagnie d'un bon groupe de spectateurs, j'ai tout de même eu le temps d'apprécier la qualité de la composition musicale, quelques beaux passages joués par l'orchestre, et l'excellent jeu scénique des artistes, du moins ceux que j'ai vus à l'oeuvre, car ils et elles n'avaient pas tous fait leur entrée après le premier acte.
Donc, Renée Fleming joue la Maréchale, qui a environ 35 ans, et Susan Graham incarne son jeune amant, Octavian. La Maréchale se désole de vieillir, et sait qu'elle perdra tôt ou tard son amant au profit d'une femme plus jeune.

flemingGraham.png

Dans la vraie vie, les deux chanteuses ont respectivement 50 et 49 ans... Renée Fleming est resplendissante et Susan Graham sait exploiter une apparence juvénile et une attitude un peu garçonne qui la rendent crédible.
Donc, c'est une femme qui joue le jeune amant,  mais la Maréchale incite celui-ci à se déguiser... en femme pour les fins de cette intrigue tragi-comique fort complexe. Pour en comprendre certains passages, il faut identifier les thèmes musicaux reliés aux personnages, comme dans Wagner, mais c'était trop demander à ma pauvre tête.
Donc, malgré cette complexité et d'après ce que je sais du reste de l'histoire, notamment le dénouement, j'en ai déduit que le thème majeur de cet opéra, c'est le naufrage que constitue la vieillesse. La belle Maréchale encore jeune se désole de voir passer les années, et les bar(b)ons de son entourage ne donnent pas le goût de vieillir, tandis que les jeunes, eux, sont beaux et insolents...
Un thème qui aurait dû me séduire et m'émouvoir, mais je suis demeurée de glace.

Tant pis pour moi!

Commentaires

Bonjour,
Tout d'abord merci pour votre article et les magnifiques photos qui l'illustrent.
Je suis passionnée d'opéra depuis l'âge de onze ans (j'en ai 55 aujourd'hui) grâce à ma grand-mère qui m'a fait découvrir l'art lyrique.
Pour connaitre ce "Chevalier à la rose", vous ne pouviez rêver plus belle distribution, costumes, décors et mise en scène.
En effet; les représentations du MET sont généralement splendides et les metteurs en scène ne font pas passer leurs fantasmes dans leur travail comme c'est le cas dans de nombreuses autres salles dans différents pays. Le MET reste, pour moi, une référence.
En ce qui concerne l'intrigue, vous avez bien compris qu'Octavian, amoureux de la Maréchale au début, se tourne vers une jeune fille de son âge lorsqu'il lui porte la fameuse rose au nom du Baron Ochs qui veut épouser Sophie. Celle-ci finira, heureusement pour elle, dans les bras de son chevalier à la rose !
Je reste à votre disposition pour parler opéra, je vais moi-même assister sur grand écran au retransmission du MET. Alors à bientôt peut-être...cordialement.

Écrit par : JOLLET Roselyne | 30/05/2012

Les commentaires sont fermés.