Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2008

Découvrir Roméo et Juliette au cinéma

b10ef0800a949b91e7629919b7124159.jpeg(Note préliminaire: c'était ma première expérience d'un opéra du Met au cinéma: une découverte!)

J’ai assisté à un opéra du Metropolitan! Au cinéma. À Jonquière. Une expérience extraordinaire! Il faut dire que l’oeuvre présentée était Roméo et Juliette, de Gounod, l’un des meilleurs opéras du répertoire français, pour la musique et les textes.
Donc, le cinéma Jonquière est entré dans la parade des cinémas du Québec et d’ailleurs en Amérique qui présentent, en direct et en haute définition, certains opéras du Met le samedi après-midi.
Il n’y avait qu’une dizaine de personnes, en ce samedi 5 janvier, mais c’était presque la première représentation, et on n’en a pas du tout entendu parler dans les médias. J’espère que ça va se répandre et que tous les mélomanes et amateurs d’opéra de la région vont s’y précipiter, comme les gens le font ailleurs au Québec depuis l’an dernier.
Roberto et les autres
Le ténor français Roberto Alagna incarnait Roméo : très bon chanteur, et rien de tel qu’un francophone pour chanter ce répertoire français!. Sa partenaire, la Russe Anna Netrebko, prononce assez mal le français, mais elle chante et joue fort bien. On ne peut pas en dire autant des rôles secondaires, tous assez mauvais à mon avis, exception faite d’Isabel Leonard, qui a obtenu une ovation méritée pour son air très réussi de Stephano.
Parmi les nombreux avantages de la diffusion au cinéma (j'en reparlerai d'ailleurs dans une future note): les gros plans permettent de suivre l’expression des chanteurs et d’avoir des vues en plongée. On nous offre des images de la salle, de l’orchestre, et même de ce qui se passe en coulisses pendant les changements de décors, ce qui est impossible quand on est dans la salle.
À l’entracte, entrevue réalisée par la diva Renée Fleming avec les deux vedettes, et un peu plus tard, avec le directeur musical, Placido Domingo. Elle lui demande s’il n’est pas épuisé car il chantait la veille au Met dans un autre opéra. Avec sérénité et ferveur, il répond que la musique, c’est sa passion, sa vie, alors il est heureux et pas fatigué. Belle tête blanche de patriarche, il aura 67 ans le 21 janvier prochain: quel artiste!
Courez-y
Bref, j’ai été enchantée, stimulée, bouleversée, ragaillardie par cette expérience, que je conseille à tous les amateurs d’opéra, de spectacle, de musique. (Un seul bémol: le son, qui faisait un peu ké-kanne par bouts, mais rien pour empêcher d’apprécier l’expérience). Allez sur le site de Ciné Entreprise pour connaître les titres et les dates de diffusion.  Chaque opéra est présenté deux fois: une première fois en direct, et une autre fois en rediffusion. Au programme, jusqu'en mai: Hansel et Gretel,  Macbeth, Manon Lescaut, Peter Grimes, La Bohème, La fille du régiment et Tristan et Isolde, de Wagner, qui dure cinq heures. Je ne sais pas si je vais me décider pour celui-là, mais j’aimerais bien faire l’expérience.
À noter: les représentations ne commencent pas toutes à la même heure. Comme la première diffusion est en direct, on commence à la même heure que le Met, entre midi 30 et 13h30 selon la durée de l’oeuvre.
Autres renseignements sur le site du Met.

Les commentaires sont fermés.