Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2008

Manon Lescaut: intéressant... et imparfait

1694445360.jpgManon Lescaut de Giacomo Puccini

Samedi après-midi, l’opéra: au cinéma Jonquière, cette fois la projection de Manon Lescaut  a bel et bien eu lieu, nous étions une trentaine de personnes, c’était convivial et amical entre les spectateurs qui partagent tous la même passion pour la musique et l’opéra. Pas de grands airs dans cet opéra de Puccini, un Des Grieux assez ordinaire (le ténor Marcello Giordani, au physique ingrat et qui force une voix probablement en déclin). La Manon de Karita Mattila finit par convaincre et même par émouvoir, même s’il s’agit pratiquement d’un contre-emploi pour elle.  Quelques spectateurs ont pleuré dans le cinéma pendant son célèbre Sola, perduta, abbandonata, en effet assez émouvant.
Bonne prestation du baryton Dwayne Croft (Lescaut, le frère de Manon), et remarquable  performance d’acteur (un peu moins de chanteur) de Dale Travis qui sait se montrer bouffon à souhait dans le rôle du vieux barbon  Géronte.
Mise en scène sage mais décors bien réussis, dont on nous a montré des détails aux entractes. Reportages, entrevues avec les protagonistes, en fait, au-delà des détails moins réussis de la production, ce furent pour moi trois heures de pur bonheur.
Trois heures pendant lesquelles, assise dans une salle obscure, j’oublie tout le reste, je plonge complètement dans le monde que l’on m’offre, bref, un pur délice. Chaque fois que je suis allée à ces projections d’opéra, j’en suis sortie heureuse, stimulée, pleine d’énergie, c’est un phénomène bizarre que je ne saurais expliquer.

 

Les commentaires sont fermés.